OLF : Abbaye de La Sauve Majeur 2022

Nous arrivons sur le site à 9h45.
Après regroupement de tous les participants sur le parking de l’abbaye, nous démarrons la randonnée, menés par Marie Ange qui a repéré le parcours il y a quelques jours.

La température est encore un peu fraîche mais le soleil illumine le chemin.
Nous traversons d’abord des bois où nous croisons le parcours de chasseurs et de leur palombière.

Nous arrivons ensuite dans des vignes et décidons d’un arrêt pour s’hydrater et reprendre des forces avec les petites collations de chacun(e)s.

Les vendanges ont commencé et nous croisons la machine et quelques vendangeurs.

Il y a le long du parcours de nombreuses prairies où des chevaux se reposent et nous regardent passer.

Plus loin, des travaux d’épandage ont commencé, alimentés par ce fumier très nombreux et fertilisant à portée du tracteur et récupéré dans les centres équestres avoisinants.

Nous admirons au loin le magnifique château de Camiac transformé en hôtel de luxe, caché dans la verdure et qui domine les nombreux centres équestres.

Nous constatons que la vendange est faite dans une première parcelle mais nous en trouvons une autre où nous grapillons quelques grains de raisin bien mûrs et sucrés.

Nous arrivons vers midi près de l’abbaye de la Sauve Majeur.
Nous passons par la rue Saint Gérard qui nous accompagne et retrouvons Martine, Cathy et Henri qui nous ont rejoints pour le repas et  la visite de cet après midi.

Un petit passage par la boutique musée de l’Abbaye avant de choisir nos tables, à l’ombre sous les immenses platanes du parc.

Nous avons encore un peu de temps pour faire le tour du village de la Sauve car la visite ne commence qu’à 14 heures.
Le lavoir est bien entretenu et les consignes aux lavandières nous font sourire,

Nous découvrons ensuite l’église Saint Pierre sur les hauteurs du village.
Nous redescendons vers le centre ville où se trouve l’une des plus petite prison de France, d’une capacité de deux places.
Nous admirons les belles sculptures en métal représentant la fontaine et les paysannes repartant chargées de leurs seaux.

 

Nous arrivons à l’heure pour la visite et admirons les reproductions du site, commentées par la guide.

Puis nous découvrons l’histoire de cette abbaye, édifiée entre les onzième et treizième siècles, qui a beaucoup souffert du passage du temps.
Nous admirons les vestiges de son architecture romane. Les chapiteaux de ses colonnes sont ornés de belles sculptures bibliques :  la tentation du Christ et Daniel dans la fosse aux lions, d’une faune mythique ou de décors végétaux .

Puis nous grimpons au sommet de la tour clocher.
Après avoir gravi les 157 marches étroites et sombres, nous découvrons au sommet un magnifique paysage vallonné où alternent espaces boisés et viticoles de l’Entre-Deux-Mers baigné de soleil.

Nous repartons les yeux et la tête remplis de beaux souvenirs et ravis de notre sortie.

Nous étions treize randonneurs et seize personnes à la visite.
Nous avons parcouru sept kilomètres trois cents.

Profitant de cette belle matinée ensoleillée,
12 autres randonneurs sont partis marcher dans Tanaïs.
Au bout d’une heure trente, menés par Jean-Marc, 4 randonneurs sont rentrés tandis que Christian conduisait le reste de la troupe à travers les vignes du Taillan pour une boucle de 11 km en 3 heures.

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>