OLF : Mai, fait ou défait(*)

(*) La météo de mai a une grande influence sur la qualité de la récolte de l’année … et des randonnées !

  • Lundi 7 mai : Tanaïs le chemin de sable, 28 randonneurs (ses), 12,2 km
    Après des mois d’humidité, que dis-je, de pluie, aujourd’hui retour du Soleil :
    sortie des bermudas et enthousiasme pour tous,
    le tout animé par Guy et son fameux « chemin de sable »…
    Démarrage périlleux : Marcel fait une tentative de raccourci à travers un sol mouvant. Demi tour…
    Aux environs du Pian, les pieds de tomates sont dans les « starting blocks » et les rosiers et azalées en pleine floraison printanière.

    A mi-parcours, nous abordons le chemin de sable. Facile !
    Pour le retour, le petit sentier de forêt emprunté est bien mouillé avec franchissements obligatoires de « rus » sur les rudiments de passerelles en bois. Franchissements sans encombre, ouf !

    Egalement quelques flaques (euphémisme) avant une séquence photos pour ces dames : Geneviève, Colette, Claude tout sourire.
    Nous terminons preuve à l’appui du GPS de Gérard.

  • Lundi 14 mai : Maubuisson, 17 randonneurs (ses), 18,2 km
    Etape 1 :
    Mise en route
    Martine bondit juste à temps dans la photo, tout sourire comme à son habitude.
    Le temps est frais mais excellent pour une journée de marche.
    Nous partons sous la conduite de Jean-Louis, un fin connaisseur de cet environnement qu’il nous fait découvrir pas à pas.
    L’endroit est remarquable d’authenticité et de nature. Des panneaux « pédagogiques » jalonnent cette première partie du parcours.
    Petite pause de comptage du groupe. Il en manque bien deux !
    Ils arrivent. Le pas est rapide…

    Etape 2: Maubuisson, ses secrets
    On peut le dire car il faut vraiment y accéder à pied pour découvrir cet environnement dédié aux activités nautiques mais pas que,
    accrobranche et camping en bungalow aussi.
    Martine réclame une pause (elle prend soin de nous, il faut boire).
    Nous reprenons notre périple avec des panneaux de bois qui confirment la direction,
    des tonneaux qui ne confirment pas une cave à vin mais nous renseigne sur le « gemmage » de plus en plus rare,
    la maison forestière, dernière halte avant les dunes.
    Il est 13 h et le casse-croûte est toujours sur notre dos.

     

    Etape 3 : l’heure de vérité …
    La dune, pas celle du Pilat, ouf ! mais quand même, il faut la monter.
    « Un petit sourire pour la photo ? »
    Au point culminant, le spectacle nous émerveille. Les yeux, les oreilles, les poumons se remplissent de la plage et de l’océan. Nous savourons ces moments rares.
    Bon pied, bon œil, le groupe s’étire sur plusieurs centaines de mètres (on ne compte plus).
    En tête, les aguerris de la marche sur sable bifurquent à gauche.
    Pas une ginguette, quoi que…
    mais comme une folle envie de jouer à Robinson Crusoé pour Philippe, Gérard, Jacques, Jackie et une Crusoé, Dominique.
    Le temps se fige (sauf l’océan), une parenthèse où chacun joue son rôle.
    Au bout de quatre kilomètres, nous apprécions cette fin d’étape qui se termine par des caillebotis.

 

  • Etape 4 : le réconfort
    Oui car à nos montres, il est quand même 14 heures.
    Descente dans la forêt pour un pique-nique chaleureux et de partage selon nos habitudes.
    La fin de la randonnée est classique par des chemins balisés et enrobés.
    Arrivés au terminus, nous sommes de nouveau accueillis par Claude et Josette.
    Martine ne fera pas  de discours,  mais des mouvements de « relaxation » que nous nous empressons de suivre au mieux, malgré les « ouafs » d’éclat de rire !

    Le GPS clôture le « timing et kilométrage » et fournit la carte du circuit … pour une prochaine fois.
    Grand merci à Jean-Louis.

  • Lundi 21 mai : forêt du Pian,  » le club des cinq » … randonneurs(se), 10,5 km
    Temps estival, pour une fois, en ce lundi de Pentecôte.
    Les fleurs jalonnent notre parcours.
    Notre passage ne perturbe pas des ânes en pleine sieste.
    Nous abordons la magnifique forêt du Pian avec ses allées sableuses.
    « Nous tournons à gauche » dis-je à Francis. Un peu plus loin, surprise. Un circuit non identifié en pleine forêt…
    Pour terminer le périple, nous passons des petits ponts en bois sans coup férir.
    Un feu d’artifice d’azalées nous arrête : des fleurs aux nuances d’innombrables violets et de fraîcheurs.
    Attention, le Pujeau est sous bonne garde « des voisins ».
    Francis sympathise avec un quadrupède … pour de futures escapades.
  • Lundi 28 mai : bac à LAMARQUE, journée à BLAYE, 27 randonneurs, 8 km
    Lundi 28 Mai, 8H 30 :   27 courageux randonneurs se retrouvent à Caychac sous la grisaille et la pluie pour marcher autour de la célèbre citadelle de Blaye et la visiter.Embarquement à Lamarque, traversée de 20 minutes : le soleil se lève sur un paysage de coteaux, de vallons qui surplombent l’estuaire. De belles demeures, des vignobles agrémentent notre randonnée de 8 km.2H plus tard le pique- nique dans la citadelle est un moment convivial très apprécié, bonne humeur, partage de bouteilles et de gâteaux maison. Dans l’après-midi un guide nous fait découvrir les souterrains et nous explique les prouesses techniques qui rendaient imprenable cette citadelle fortifiée par Vauban entre 1685 et 1689.

    Elle est aujourd’hui inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO sous le nom de « verrou de Vauban «avec le Fort Pâté et le Fort Médoc sur la rive gauche.

    En résumé, une agréable journée pour découvrir notre patrimoine, bouger nos jambes et nos têtes.

    De l’avis de tous, cette journée fut très appréciée, de par sa convivialité, le lieu choisi et son côté culturel.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>