OLF : Saint Robert le 13 juin

C’est en voiture que nous rejoignons Ayen-Bas.
Petite photo de groupe avant de commencer notre randonnée entre Ayen et Saint Robert, deux villages perchés qui se font face.
Oui, mais la route n’est pas droite et il fait chaud, même très chaud.

Nous avons commencé par descendre mais cela ne dure pas. Au bout d’une heure, il faut monter encore un dernier raidillon pour atteindre Saint Robert. Un groupe se porte volontaire pour garder les sacs de ceux qui veulent faire un détour pour visiter le village médiéval.

Nous prenons une demi-heure pour monter en haut de la butte et découvrir des ruelles étroites bordées de vieilles demeures seigneuriales. Petite halte fraîcheur en visitant l’église. De sa terrasse, nous pouvons apercevoir Ayen.

Nous reprenons le chemin direction Saint Maurice où une fontaine miraculeuse est annoncée.
Quel miracle ? Des employés du département nettoient les chemins pour faciliter nos randonnées. Merci.
Nous parcourons les coteaux autour d’Ayen-Bas.
Les pieds de Pia commencent à s’enflammer. Profitant d’un arrêt, elle remplace ses chaussures de marche par des sandales qu’elle portait dans son sac. Et alors ? …Nous rencontrons le seul passage boueux des 4 jours ! Une montée étroite dans les bois. En arrivant en haut, nos chaussures sont boueuses mais pas la moindre trace de boue sur les chaussettes blanches de Pia souriante ! Ce n’est pas un miracle mais Jean-Louis et Gérard qui l’ont conseillée et accompagnée dans la montée. La solidarité.

La pause boisson suivante est à l’ombre d’un arbre, derrière une maison. Les propriétaires proposent de l’eau pour remplir nos bouteilles. Il s’agit d’un couple qui est tombé amoureux de la Corrèze et est venu y vivre à la retraite après avoir vécu … en Gironde … à Parempuyre ! Quel hasard !
Nous reprenons notre chemin. Bruno et Claire ne résistent pas à l’appel du parking où nous apercevons nos voitures.
Une nouvelle montée et une haie nous offre son ombre pour pique-niquer. Il est 12h40.

Après la pause-repas, Pia remet ses chaussures de marche sans problème.
15 heures : retour à Ayen-bas
14 km

Nous retournons au village de vacances où la piscine nous attend.
La soirée est musicale avec 3 musiciens-chanteurs.
Seul bémol, une tique s’est invitée chez Jean-Louis. Heureusement, le fauve ne résiste pas à Pia.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>