OLF : A la recherche des remparts bordelais

Suite à l’invitation lancée par Francis pour rechercher des remparts dans le Vieux Bordeaux,
30 randonneurs se retrouvent en gare de Blanquefort pour prendre le tram,
4 randonneurs les rejoignent station Frankton,
2 randonneuses montent à la gare de Bruges,
36 touristes descendent station Sainte Croix.
Question : quel est l’âge du capitaine de randonnée ?

Nous partons par la rue Jacques D’Welles, longeons le Conservatoire Régional de Musique et le théâtre du Port de la Lune, contournons l’église Sainte Croix pour arriver au square Dom Bedos :
rempart du 13ème siècle trouvé.
Nous nous regroupons pour profiter des commentaires de Francis et Henri, devant une fontaine, la nymphée de Sainte Croix, adossée au rempart et entourée de 2 statues qui étaient destinées au Grand Théâtre.

Au 3ème  siècle, des remparts protégeaient 30 ha délimités par la Garonne, l’actuel cours du Chapeau Rouge, la cathédrale et l’actuel cours Alsace Lorraine.
Au 13ème siècle, les remparts englobaient le quartier Saint Eloi et l’actuel cours Victor Hugo.
Devant les murs, un fossé est creusé : les douves.
Au 14ème siècle, les remparts sont repoussés au niveau des cours et protégeaient 120 ha.
Ensuite, les remparts ont été colonisés par l’habitat. (Merci Henri et Cathie, nos historiens)


Nous passons devant l’Ecole des Beaux-arts et admirons l’église Sainte Croix qui a appartenu à l’abbaye de Saint Seurin, abbaye très riche qui possédait des terres sur Blanquefort (Cathie).
Place Léon Duguit : nous apercevons la porte de la Monnaie en bout de sa rue.
Grâce à nos guides, une  porte s’ouvre et nous découvrons un béguinage ! (Terme flamand dérivé d’une structure religieuse, utilisé pour désigner un ensemble de maisons individuelles organisées autour d’un jardin commun (Henri)).


Rue Marbotin : rempart du 15ème siècle trouvé.
Nous empruntons l’escalier qui nous mène au jardin des Douves ou jardin des Remparts, une allée de platanes sur le chemin de ronde des fortifications, allée qui a appartenu à l’ancien couvent des Capucins d’où la présence d’un oratoire.
En descendant, Béatrice, Claudie et Muriel touchent le rempart : Cathie dit que cela porte bonheur.


Rue des Douves : l’activité du marché a été reprise par les Capucins, en face. Le bâtiment a été restauré et est aujourd’hui un centre culturel géré par une association.
Fermé le lundi … pas de visite.
Nous nous dirigeons vers la place Saint Michel.
Le marché est fini. Des employés municipaux nettoient le parvis. Nous rentrons redécouvrir la basilique et profiter de la fraîcheur.


La rue de la Tour du Pin nous permet d’atteindre la Porte de Bourgogne.


Nous empruntons des rues moyenâgeuses ayant des noms de personnes, de métiers ou en rapport avec le vin, des rues chargées d’histoire (la grande et les petites) : la rue de la Rousselle où vécut Michel Montaigne,  la rue du Soleil, la place Raymond Colom, la rue du Muguet où nous découvrons un petit coin bucolique.


Rue Teulère : nous longeons de nouveau des remparts du 13ème siècle jusqu’à l’ancienne porte Saint-Eloi devenue beffroi : la Grosse Cloche, couronnée d’un lion d’or, symbole des rois d’Angleterre.
Rue du Pas Saint Georges : maison natale de François Mauriac.
Rue du Cerf Volant : chambre de jeunesse de Monsieur F.

Place du Palais : encore un magasin qui attire la gente masculine tandis qu’Henri présente la porte Cailhau et ses tourelles.
Quartier Saint Pierre, îlot de la Tour Gassies : rempart du 3ème siècle trouvé.
Florence récupère, Daniel semble perplexe.

Place du Parlement, Promenade Sainte Catherine, Place Jacques Lemoine, rue des 3 Conils
Place de la cathédrale Saint André :
arrêt pour admirer, entre autre, le Portail Royal qui vient d’être restauré.
Fort du Hâ : tours et fortifications du 14ème siècle trouvées.
Nous longeons l’Ecole Nationale de la Magistrature, l’hôpital Saint André, l’église Sainte Eulalie et le mur d’enceinte du couvent de l’Annonciade.


17 h : nous arrivons à l’entrée du couvent.  Trop tard, fermeture des portes, arrêt des visites !
17 h : heure de pointe pour le tram.
Certains tentent de le prendre Cours Pasteur, d’autres place de la Victoire.
Tout le monde rentre enchanté de cet après-midi.

Merci Francis, Henri et Cathie pour cette belle randonnée commentée.

Photos de Cyrille, Nicole et Joëlle
Carte des remparts d’Henri
Carte de la balade de Michel.

36 randonneurs,
6,550 km + aller-retour en tram,
03/04/2017

 

Une réflexion sur “OLF : A la recherche des remparts bordelais

  • greouillet martine says:

    Vraiment BRAVO…. excellentes photos comme les commentaires. Courageux les rédacteurs et ceux qui mettent sur le site !!!
    Merci à tous,

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>