OLF : La Maréchale – Brion

Lundi 1er mars : 22 randonneurs, 12 km
Une sortie à la journée loin de Blanquefort : une belle idée relancée par Philippe.
Et elle se mérite car le départ est matinal : 8 h 30 en hiver !
Pas facile pour tout le monde :
certains ont dû choisir entre la douche et le rasage sans parler de Jean-Louis qui a zappé l’horaire.
Départ en covoiturage pour Pauillac, puis suivre la Gironde et ses carrelets au plus prés, en passant au milieu de grands crus classés, jusqu’au port de La Maréchale.
Regroupement sur le deuxième parking :
pour s’échauffer, certains font à pied la centaine de mètres qui sépare les deux parkings… les derniers hectomètres de la randonnée leur sembleront des kilomètres !
Pendant que les conducteurs se chaussent, nous découvrons le port, la Gironde à marée haute, la centrale de Braud sur l’autre rive. 


Vers 10h 30, départ du ponton pour rejoindre l’entrée de Cadourne où nous quittons la route principale pour des vignes vallonnées.
Première difficulté au château Soudars :
où traverser le fossé rempli d’eau ? Après le saule.
Gilbert, docteur es Histoire de France, raconte une histoire de reine et de saule. Avertissement pour Jackie : saule avec l’accent du sud, c’est un arbre.

En limite de palus, nous progressons entre deux rangées d’arbres. Gérard V.  nous montre des coucous, primevères sauvages. Le chemin est tellement humide que Joseph a failli y perdre la cartouche de son bâton. Cherchant un endroit plus sec, Gérard C. n’a même pas peur des chasseurs.
Plus loin, un bel âne nous appelle et aurait bien mangé l’écharpe de Gérard venu le saluer. 

Au loin, nous apercevons des nids de cigognes occupés.
La randonnée de 17 km repérée avant la Covid a été raccourcie pour être accessible à tous : de retour dans les vignes, nos capitaines de sortie ne retrouvent plus leurs gravillons blancs. Philippe et Annie vont se renseigner auprès d’un autochtone juste quand Jean-Louis arrive : muni d’un plan reçu par téléphone, il a fait le trajet en sens inverse, à notre rencontre.

Nous passons devant le château Verdus qui fut musée de l’histoire du Médoc depuis le 15ème siècle. Nous y admirons le colombier de Bardi avant de renter dans St Serin de Cadourne.

Après plus de 2 heures de marche, des émissaires vont vérifier l’authenticité d’un nouveau nid de cigogne permettant une pause de récupération méritée. A leur retour, le discours de Daniel convint peu de randonneurs : cigogne déclarée fausse à la majorité.
Nous longeons des vignes où des ouvriers agricoles taillent tandis qu’une machine broie les sarments coupés. Adieu les grillades.
Nous rejoignons une zone humide en bordure de Gironde où de nombreux bois flottés ont échoué. Un rêve pour Sylvie
Allez, courage, dernière ligne droite avant le parking d’arrivée. 

Il fait faim. Pas d’étirement.
Nous profitons des tables de la guinguette, fermée car non essentielle, pour sortir du sac notre pique-nique et plus précisément du panier pour Francis.
Vins, gâteaux salés et sucrés (les deux pour Françoise), café sont partagés dans la bonne humeur, puis suivis d’une pause digestive.

Le site archéologique du Brion se mérite car non référencé sur les GPS mais Philippe nous l’a vendu comme 2ème site du département par son importance.
Après avoir traversé une partie boisée, nous découvrons une clairière avec les restes d’un temple en contre-bas.
Cela mérite bien une photo de groupe, sans les masques. 

Nous empruntons la voie romaine pour aller jusqu’aux ruines d’une maison médiévale bâtie avec des pierres du théâtre situé à côté.
Carpe diem.

Il nous faut rentrer.
Nous retrouvons Philippe aux voitures. Il était parti les surveiller ! ! !

Retour à Caychac à 17 heures, avant le couvre-feux.

Grand merci à nos capitaines de sortie :
Annie, Francis, Gérard V., Philippe
et à tous les randonneurs pour leur bonne humeur.
Promis, nous n’attendrons pas 1 an pour recommencer une sortie à la journée.

 

Une réflexion sur “OLF : La Maréchale – Brion

  • grenouillet martine says:

    Vraiment, reportage EXCEPTIONNEL… je m’y croyais, presque! ce qui m’a fait regretter le choix de cette date, tombée en même temps que notre sortie « raquettes »…n’est-ce pas Philippe ???

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>