OLF : en chemin pour une nouvelle année

  • Lundi 7 septembre 2020 : Tanaïs – rue des Marnières, 15 randonneurs, 10,4 km
    A noter que ce lundi encore, la troupe n’est composée que de 3 randonneurs pour 12 randonneuses.
    C’est avec joie distancée que nous notons 2 retours après confinement et accueillons 2 nouvelles adhérentes suite à la rentrée des Associations.
    Le départ est donné par Philippe, sur son vélo.
    Après avoir trouvé un passage pour sortir du château Dillon, Marcel nous mène dans Tanaïs.  
    Martine, notre responsable de section, reçoit un appel téléphonique : nous sommes attendus chez … Notre présidente.
    Marie-Hélène veut montrer soulier blanc pour rentrer.
    Gérard et Marcel étalonnent leur GPS tandis que Marie-Ange prépare boissons fraîches et café. Elle nous présente une œuvre d’art canine récompensée par friandises et caresses. Mais qu’avons-nous bu ?
    Habituellement, nous zigzaguons dans le quartier de Peybois pour rentrer. Aujourd’hui, grande première :
    nous allons tout droit au pas de course mais c’est pour rattraper le temps perdu, parait-il.
    Retour encore plus rapide pour Martine. Ayant oublié son sac à la pause, un taxi la ramène avec un scoop :
    accord de la préfète pour le pique-nique à Tanaïs (annulé depuis).

  

  • Jeudi 10 septembre : Blanquefort, 17 randonneurs, +/- 7.5 km
    Très agréable surprise : nous totalisons 17 participants dont trois nouveaux adhérents. Bienvenue.
    Le jeudi c’est « en marche ». 
    Notre « capi », Annie, propose une randonnée Blanquefortaise malgré la canicule. Chaud, chaud le bitume …
    Nous passons par le château Dillon, un peu vite malgré des panneaux pédagogiques à découvrir. A faire une prochaine fois.

    Pause boisson dans le peu d’ombre. Aïe, aïe, aïe, les distanciations et gestes barrières, cela s’oublie vite !

    Nous remontons en passant par le lavoir, la nature dans Blanquefort, mais le groupe est déjà loin. Voici les photos : 

    Dernière pause et discussions. Bonne progression des gestes barrières. Si, si, il y a du mieux. La boucle se termine par la mairie, la nouvelle école du bourg et un magnifique parterre de cyclamens.



  • Lundi 14 septembre : Parempuyre, 21 randonneurs, 9,5 km
    et toujours 3 randonneurs, la visite de Philippe.
    Avant de partir, Marie-Ange, émue, rappelle le malheur qui frappe Maryse et Joseph et peut compter sur notre soutien pour les accompagner dans la vie d’après.
    Direction le Neurin avec Christian en capitaine de sortie.
    Retour à 11 h 30 car il commence à faire très chaud.

  • Jeudi 17 septembre : Forêt de Tanaïs, 9 randonneurs, 8 km
    Presque la parité : 5 randonneuses et 4 randonneurs.
    « Nous avons une pensée pour la famille Poirier, dans l’émotion » 
    Le « capi » du jour, Guy, nous dirige sur une randonnée forestière empruntant les chemins les plus arborés.
    Première halte sous les arbres pour la photo du groupe dans le respect des règles Covid.
    Les chevaux et l’âne sont calfeutrés pour la protection des insectes et moustiques, pas nous !
    Petite discussion avant d’aborder la dernière ligne droite, toujours à l’ombre.
  • Lundi 21 septembre : Tanaïs, Le Taillan, 17 randonneurs, 12 km
    Le premier groupe part avec Christian en tête pour zigzaguer dans Tanaïs où nous rencontrons un chien et ses chasseurs … qui se promènent.
    Les distances sont gardées même lors des pauses boissons et consultations de Christian avant changements d’itinéraire.
    A la sortie de Tanaïs, permutation :
    les derniers sont les premiers mais le capitaine de sortie est appelé au château Breillan : le chemin dans le bois est fermé.
    Nous rentrons par le stade puis château Dillon où nous jouons petites jambes à côté des machines agricoles. Après un faux départ, les trois randonneuses de Tujean nous quittent sur le chemin de Cambon.  
    A l’arrivée, seule Sylvie avait pensé à activer son GPS : 12 km mais plus pour Christian ! 

  • Jeudi 24 septembre : Tanaïs, 8 randonneurs, 8,1 km (info Cyril)
    Ce jeudi, parité. Normal le groupe est un nombre pair.
    Le « capi » Guy nous fait découvrir une nouvelle boucle en longeant le Taillan-en-Médoc.
    L’une d’entre nous a l’odorat très fin : « eh oui, dit-elle, il y a du champignon »  et pour preuve.
    Route calme, quoi que, nous restons prudents. 
    Voilà encore une mâtiné fort agréable.

Une réflexion sur “OLF : en chemin pour une nouvelle année

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>