OLF : la vie d’après

  • Lundi 8 juin 2020 : Parempuyre, 15 randonneurs, 9 km

    en 2h30 pour remuscler les mollets..


  • Lundi 15 juin :  Majolan, 15 randonneurs, 10 km

    Philippe passe faire un petit coucou avant que nous nous élancions vers après, après discussions, Majolan et la Jalle du Taillan.
    L’accès au château Dillon est toujours barré : nous passons par Linas pour rejoindre la rue du Cardinal Lecot où un habitant fleurit et entretient le trottoir devant chez lui, avant l’intervention de La Métropole.
    En descendant sur Majolan, à la vue de plantes dans les fossés, Sylvie raconte sa vie de jardinière pendant le confinement avec fabrication et utilisation de décoction de prêle. Réflexion faite, vu l’heure, ce sera Majolan sans La Jalle mais surprise en rentrant dans le parc :
    1 ère journée de fermeture partielle pour désensablage des plans d’eau et élimination des plantes invasives aquatiques.
    Daniel et Martine demandent à vérifier.
    Espérons que la poule d’eau et son nid seront toujours là à la réouverture, le 18 juillet.
    Retour par le parc Dulamon avec un premier arrêt à l’école Saturne et suivi d’un second au bout de la rue Louis Pasteur pour regrouper la troupe étirée et un peu fatiguée.
    A Linas, Philippe fait le guet et nous propose un rafraîchissement bien apprécié.
    A la santé du genou de Philippe.



  •  Lundi 22 juin : Parempuyre, 13 randonneurs, 11 km

    Pour une randonnée différente de celle du 8 juin, Gérard nous fait passer dernière l’école primaire de Caychac pour rejoindre la route de Parempuyre et Le Petit Lacanau.
    Deux façons pour connaitre le nom de cette plante sauvage jaune :
    demander à une botaniste comme Dominique
    demander à Internet comme Jean-Louis.
    Réponse identique : oenothera.

    La décharge est également sauvage et ne facilite pas l’accès au chemin qui mène au plan d’eau et bois d’ Abourdeau.
    Profitant d’une pause, Gérard prend des nouvelles du genou de Philippe.
    Nous espérons retrouver en septembre tous les capitaines de sortie en pleine forme.

    Les engins mécaniques n’étant pas sûrs, c’est à pied que nous faisons le tour du bois pour rejoindre le rue des Compagnons de l’Abbé Pierre. Nous contournons le centre commercial pour rentrer dans des bois du Pian où Jacky, notre ornithologue, entend le chant d’une fauvette à tête noire. 
    Retour direct sur Caychac par le rue du Poujeau avec juste un décroché par le lotissement de Peybois moins passager.
    Dur, dur, une montée juste à la fin mais récompensée par la vue d’un grenadier en fleur.

    Arrivée à midi mais le sport continue pour deux cyclistes.

  • Jeudi 25 juin : Forêt de Tanaïs, +/- 8 km
    EH, OUI, le jeudi la randonnée est bien là et très active…
    Un groupe de 10 personnes se retrouve avec l’envie d’une belle petite balade à la fraîcheur de la forêt. Cela tombe bien, un revenant « Guy » est parmi nous, en tant que « capi », il se désigne pour animer un beau parcours, qui ravie le groupe, pas besoin de chercher un itinéraire, le « capi » sait faire…
    Une randonnée en douceur dans une forêt, bien calme et très agréable, pas de visiteur, aucun touriste et même pas de chevaux à l’horizon. Des moments « coule » propice à la discussion et au partage les uns les autres.
    Petite photo du groupe et là vous verrez que la parité n’est pas au rendez-vous… « Recherchons quelques randonneurs H …! » j’m comprends…! Et notre « capi » respecte les gestes barrières,  » une obligation, nous a-t-il dit, vis à vis de son entourage à risque. »
    A une prochaine randonnée le JEUDI pour toutes, tous. 

  •  Lundi 29 juin : Arcachon, 13 km

    Nous sommes 4 à partir en covoiturage, avec masque,  pour la plage Pereire d’Arcachon pour participer à une journée proposée par l’association blanquefortaise des Amis de Boala.
    Le matin, nous marchons sur le bord de plage tant que la marée montante nous le permet, puis nous partageons les trottoirs avec la piste cyclable pour rejoindre La Corniche à La Teste d’où nous pouvons admirer l’entrée du Bassin. Une stèle y est érigée à la mémoire des marins péris en mer.
    Retour en voiture pour pique-niquer à la plage Pereire.
    L’après-midi, après un arrêt à la jetée de la Chapelle, nous allons manger une glace près de la jetée Thiers d’Arcachon.
    De retour à Pereire, les nageuses devront continuer à marcher pour trouver l’eau car la marée est basse. 


    Bonnes vacances.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>