Close

5 décembre 2018

OLF : le Parc des Côteaux

Pour ce lundi 12 novembre, Marcel propose un circuit linéaire de belvédères de la rive droite avec plusieurs possibilités de retour grâce aux transports en commun. On se le rappellera.
Départ vers 9h de la gare de Blanquefort pour se retrouver, grâce au tram, 19 randonneurs place de la Bourse.
Embarquement sur un Batcub, une première pour plusieurs d’entre nous, pour une croisière de 25 minutes. Nous faisons 2 escales mais aucun passager ne monte. Le Batcub est à nous, rien qu’à nous.

A 10 h 20, débarquement au Bas Lormont. Qui dit bas, dit haut !
Aussitôt, nous attaquons une montée. Mais, Marcel nous préserve. Nous commençons par des escaliers et ruelles. Au lieu dit La Sauvageonne, les boucs des Pyrénées ne daignent pas nous regarder. Nous n’avons pas assez monté ?
Et c’est là qu’on remercie Marcel et Martine pour l’envoi d’un message informant que le sol serait gras et qu’il serait préférable d’avoir des chaussures à crampons et des bâtons. Celles qui ne l’ont pas lu marchent avec précaution. Tout le monde est récompensé par la vue sur le pont d’Aquitaine et l’estuaire.

Dans le parc de l’Ermitage Sainte Catherine, nous descendons vers le lac pour une petite pause. Martine nous fait découvrir une spécialité algérienne. Nous sommes sur un Nuage, au milieu de bois aux magnifiques couleurs automnales, loin de tout mais si près de la ville !
Dans la montée suivante, des escaliers métalliques facilitent la progression et permettent l’accès à un nouveau belvédère : Bordeaux, la Cité du vin, le pont Chaban …

Une pluie fine arrive. Pas bêtes les animaux de la ferme urbaine des Iris, ils se mettent à l’abri. Nous, nous continuons à marcher avec parapluie et poncho.
Arrivés à la Buttinière, un pont nous permet de franchir les rails du tram et la côte des 4 Pavillons pour rejoindre Cenon.
Au parc Palmer, Sylvie pense que la salle Rocher de Palmer doit être proche. Ah oui, elle doit être proche car nous l’avons longée mais, sous son parapluie, elle ne l’a pas vue !
Bien qu’il soit à peine plus de midi et que nous n’ayons fait que 5 km, tout le monde est d’accord pour pique-niquer à l’abri du château Palmer avec vue sur la Cité du Vin. Vin ? On a cru un moment qu’il n’y aurait que des gâteaux à partager mais non, il n’y a pas eu que les nuages qui arrosaient.

Après le repas, Claude et Colette partent rejoindre le tram à la Buttinière tandis que nous rentrons dans les bois de Palmer avec une nouvelle descente en lacets. Petite glissade de Gérard qui évite la chute juste avant de retrouver le goudron.
Nous suivons différentes rues avec même des arrêts de bus (ah !) avant de rentrer dans une résidence. Le cheminement des espaces verts en pente longent les immeubles et se termine par des escaliers. Ca souffle, ça tire, ça ne doit pas être les mêmes muscles qui travaillent !
Marcel nous propose un arrêt au belvédère de Bellevue mais nous ne nous y attardons pas. Francis et Denis en profitent pour faire un geste écologique.
Avec son téléphone, Joseph suit la météo et reçoit des alertes pour pannes à répétition du tram. La situation devrait s’arranger … bientôt.
Nous passons un portail pour rentrer dans le parc de Cypressat où on peut admirer une fontaine en pierre. Rien à voir avec les retenues d’eau de 2018.

A 14 h 30, après 12 km de marche, côte de Monrepos, nous passons devant un arrêt de bus.
On continue ou on arrête ?
Francis qui a participé à la reconnaissance pense qu’il reste environ 4 km et une grosse heure pour terminer le parcours.
Six randonneurs rentrent avec Marcel, neuf continuent avec Francis le parcours de montagnes russes à travers lotissements et bois de Floirac.
La pluie cesse. Des bananiers plantés contre un mur apprécient les hauteurs de Floirac.
Après être passés devant l’Observatoire, nous descendons le long du mur du cimetière en empruntant un chemin barré par arrêté municipal, ancien arrêté pour les quads dit Francis. On le croit.
Nous rejoignons le parc du Castel et ses sculptures. Francis glisse. Holà, prudence nous avons besoin de toi pour rentrer ! Depuis un belvédère, nous pouvons voir la salle de spectacle Arena. Nous empruntons de nouveau une route pour rentrer dans la forêt de la Burthe. Toujours de jolis couleurs automnales mais ça descend et ça monte encore. Personne ne teste les installations sportives. La fatigue arrive. Francis motive la troupe : « plus qu’un km … à la sortie du bois ! »
La ville nous y attend avec ses maisons, ses intersections , ses ronds-points … Enfin, un panneau annonce un tramway nommé Désir.
A 16 h, après 17 km, nous sommes au terminus du tram. Nous téléphonons à l’autre groupe qui arrive juste à la gare de Blanquefort … en bus.
« Y aurait-il un chat noir dans l’autre groupe ?  » interroge Francis.

Merci Marcel et Francis pour cette belle sortie
à refaire peut-être par temps sec, à la demi-journée, en prenant le tram jusqu’à Palmer.
12/11/2018
19 randonneurs

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer